I feel sick !
  Page d'accueil
  A propos
  Archives
  Livre d'or
  Contacts

   ma page myspace à moi que j'ai.
   Le blog des théâtreux qui s'la pètent !
   Tête à claques TV
   Le gros méchant tatoué.
   La 4-16 prod qui roxe sa mère.
   La lanterne bleue.
   L'espace de ma folle dingue adorée.
   Le blog à Maniak
   Le blog de la nénette qu'en fait c'en est pas vraiment une.
   Le blog de la meuf qui tue.
   Le blog des gens qu'ils s'aiment.
   Le blog de Jessy la Terreur
   Le forum à Bubul.
   Les Dresden Poupées !
   Depeche mode.
   Tom Waits (no rotten french translation).
   Les morts qui dansent.
   Les Frères Chimiques.
   Blague qui Tue.
   Projet Fourche.
   Rage Contre la Machine.
   Attaque Massive
   Nick Grotte et les Mauvaises Graines.
   Le blog de Jennifer sans Jonathan.
   Les détournements débiles de Mozinor.
   Chez le Boulet.
   Le blog de la fille verte.
   Les belles histoires de la Zombette.
   Monsieur le waf waf
   Le blog de la fille rose 2
   Le blog du mec qui se prend pour un goupil.
   L'ignoble Maddox.
   Le club des Chattes en string
   Le blog de ma couille.
   le blog du mec qui vous emmerde tous.
   Le blog du mec qui aime les tampax.
   Le blog du mec orange.
   Le blog de la gorette sexy.
   Le blog de la fille rose.
   Le site déviant de Maniak
   Le forum de la débauche
   Le monde merveilleux de Katamari.
   Le site préféré de monsieur monmec.
   Suicide Girls
   Les DVD diaboliques.
   Films fous
   Brave Patrie

http://20six.fr/screamy

Hébergé par 20six.fr



Ciao !!!!


Et allez m'insulter ou me vénérer (je préfère la deuxième option, personnellement) ici : oui, ici !!
6.9.07 20:11


HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!!!!!!

Je viens de découvrir avec effroi, horreur et consternation que j'ai perdu 9 mois de mon blog ! 9 mois à la poubelle sans que je puisse expliquer quoique ce soit !!! A la poubelle, le tatoué du jour, les photos de Nikki, les BD, les conneries diverses et variées ! Je suis tellement bouleversée, chagrinée et mortifiée que je me demande si je vais pas me jeter par la fenêtre ! Ah non, merde, pas assez haut !
Bon, les gnenfants, quelque chose me dit que les prochaines notes auront un air de déjà vu car je compte bien reposter les BD que j'ai toujours en réserve sur le disque dur. En attendant, dégoût total de la vie oblige, pas de sexe, ni de cookies ni de rock'n'roll ce soir, et encore moins de tatoués. See you !
11.8.07 02:30


Voaaaaaaachi la polichhhhhhe !

Avant de vous raconter par le menu la lamentable et édifiante aventure survenue il y a peu à monsieur monmec, son pote le Playboy et moi-même, je me dois d'honorer une promesse faite à Mister Jack qui a gentimment retrouvé l'adresse de ce couscoussier pied-noir qui fait du bon, du lourd et du vachement copieux : Et régale-toi, bien sûr !

Ceci étant réglé, oyez la dolce histoire du trio barriolé qui errait dans les rues de Paris en pleine nuit, à la recherche d'un coin tranquille où picoler et fumer. Or donc, on pouvait compter ma gueule, mon homme et un pote de celui-ci de passage à Paname, le Playboy, étudiant ténébreux et maudit qui se tape trois nanas en même temps. Nous nous baladions sans faire lalala du côté de Montparnasse (d'ailleurs, je signale que dans ce quartier où les crêperies ont poussé comme des champignons pour cause d'immigration bretonnante massive, y a Raymond Domenech en goguette, super classe en survêt) et pis on s'est dit que toute cette foule, ça commençait à nous lourder et qu'on trouverait bien un petit coin calme, tranquille et verduré d'arbres majestueux pour écluser.
Nous nous éloignâmes des grands boulevards engorgés de bagnoles et de piétons et là, nous avisâmes un square fermé à l'enceinte tellement ridiculement haute que même moi, malgré mes jambes peu allongées, j'ai pu la franchir (manquant de peu m'écraser le clito au passage, il est vrai).
Le square était désert, tranquille, avec de jolis bancs spécialement étudiés pour se poser à trois dessus avec encore de la place pour y mettre les cannettes de bière près de nous. Chouette ! Là, pshitt et glou et glou. Dix minutes se passèrent tranquillou et soudain, un mouvement et une lueur dans mon champ de vision me firent tourner la tête.
-22 !
Starsky et Hutch ont débarqué devant nous, ou plutôt, Starsky et Hutchette, parce que le duo était hétéro. De toute façon, on était déjà légèrement trop saouls pour s'enfuir, et puis pour quoi faire, hein ? Le seul soucis, c'est que je me balade souvent avec un grand couteau tibétain avec lequel j'égorge les connards qui me draguent dans le métro. En plus, là, il était au fond de mon sac, encore dégouttant du sang d'un gros fan de Johnny qui avait eu la mauvaise idée de me faire une oeillade? Fuck alors ! (avant d'appeler le 17, je me dois de préciser qu'une partie de ce récit comporte une grosse grosse connerie bien fausse, à toi de trouver laquelle).
-Bonsoir, m'sieurs dames, vous savez que c'est 340 euros quand on se balade dans un parc après sa fermeture ?
-Ah booooooooon ? On savait paaaaaaaaas !
-Ouais, bah ça risque de vous coûter cher la petite soirée tranquille, a renchérit le flic mâle qui nous a réclamé nos cartes d'identité.
Pendant que la femmelle appelait sur son talkie, le nid en épellant façon militaire nos noms de famille et nos dates de naissance (Delta, Utérus, Charlie, Ornythorinque, Namibie), le mâle a fouillé mes deux complices de balade de fond en comble, regardant dans leur sac, dans leurs poches, presque prêt à regarder dans leur froc voir si la grosseur dans le pantalon de monmec, c'était sa bite ou son couteau. J'ai attendu mon tour et que dalle. Alors que j'avais un gros sac et un gros manteau sous lequel j'aurai pu cacher un bébé mort ou une mitraillette. Bravo la Police ! J'ai même pas eu droit à ma fouille, moi qui voulait être palpée, touchée, tripotée par un mec en uniforme. Meeeeerde, quoi !
Une fois qu'ils se sont assurés auprès du central qu'on était vierge de tout délit et puis, à part Playboy qui était brun aux yeux marrons, monmec et moi présentons un physique bien aryen qui a dû leur inspirer confiance, le couple en bleu nous a laissé filer sans demander notre reste ni d'amende. Tant mieux parcequ'il aurait fallu faire des heures supp' pour payer une somme aussi faramineuse. Quand je pense que ceux qui font chier leurs immondes clebs sur les trottoirs raquent moins cher... Alors que tu peux te loopinguer sur une grosse crotte moelleuse et te fracasser le crâne. Pffffffff...

Sexe : Alors, en fait, avec monmec, nous allons suivre scrupuleusement les conseils de Playboy, qui est un gros roi du cul, si on doit l'en croire. Donc, à partir de maintenant, ça va être musclage de périnée et doigt dans le fion de monsieur. Ah ! Monmec me fait signe que je peux toujours courir en crevant la bouche ouverte. J'aurai au moins essayé...

Cookies : Beignets au porc laqué bien chaud avant ciné, hummmm...

Rock'n'roll :
26.11.06 20:40


Juste comme ça, en passant...

Pas de grande note update de la mort qui tue aujourd'hui, je signale juste que j'ai updaté mon épopée pelée située juste à gauche de votre écran. J'ai des choses à raconter, sinon, mais j'ai la flemme. Promis, cependant, je vous raconterai la fois où monsieur Monmec, un de ses potes et moi-même avons été arrêtés par les forces de l'ordre.
En attendant, un petit bye bye à ce grand monsieur qui est parti, cigare aux lèvres et chaussures italiennes aux pieds rejoindre ses potes Marcello et Ugo se faire une grande grosse bouffe au paradis des comédiens classes.


Sexe : pas ce soir, chéri.

Cookies : Deux, au chocolat et noix de coco.

Rock'n'roll :

24.11.06 23:49


Tellement de choses à faire...

... et si peu de temps. Bien entendu, cela ne m'a pas empêchée d'aller faire la fête ce samedi-là, afin de fêter les 30 ans du webmaster du site de films fous cité dans mes liens. Il y eut de la clope, de l'alcool, des drogues légales, quoi ! et monsieur monmec s'en est tiré avec une bonne migraine. Le mal de ch'veux étant contagieux, il y aurait d'autres cas de cette terrible maladie.
D'ailleurs, je dois vous parler vite fait de Clément, un pote qui fait des mixes et avec qui je suis allée à Rock en Seine et qui a décidé de faire de moi l'objet d'un culte satanique. Ouais, parce que je fais des blagues à base de pipi-caca, de cinoche et je connais par coeur les dialogues des Goonies. Ce sont donc là d'excellentes raisons de m'adorer et de me faire des offrandes sacrificielles.


Perso, je ne suis pas contre d'être un nouveau Cthlulhu.

Sexe : Malgré un mal de cheveux certain, monsieur monmec a trouvé la force idéale (merci doliprane) pour me mettre la tête à l'envers et le dedans à l'endroit. Il paraît que l'alcool et la clope rendent les performances sexuelles faiblardes. J'ose pas imaginer ce qu'il peut me faire le jour où il s'arrêtera de fumer !!

Cookies : Avant la soirée de beuverie (où je restai sobre, dois-le préciser), nous nous rendîmes dans un restau pied noir qui serait la cantine d'Enrico Macias quand il séjourne à Paris. Pas d'Enrico, mais beaucoup de pieds-noirs habitués en train de regarder le PSG se faire laminer pas Bordeau (monmec a fait un peu la gueule pour le coup) et un excellent couscous bien copieux que je n'ai pas terminé. Le restau se nomme la boule rouge et se trouve Grands Boulevards (une sucette à celui qui me donne l'adresse exacte).


Rock'n'roll :
20.11.06 09:37


La pédagogie selon Screamy.

Ô rage, ô désespoir, ô vieillesse ennemie ! Je n'ai plus de scanner ce qui signifie que la présence de petits miquets mal torchés et émouvants de maladresse auxquels j'avais dû commencer à vous habituer, bah, ça va être maintenant honteusement épisodique. Ce sera donc par l'écrit le plus basique que je vais vous narrer cette dolce histouère qui eut été fort bien narrée en BéDé.

Donc, rappel des épisodes précédents : j'ai deux soeurs :
Et or, donc, la girafe a une petite fille qui aura bientôt 5 ans et zézaie encore pas mal.
Bon, là, ce n'est pas elle, mais on va faire comme si car la gamine de la photo lui ressemble.
Et j'ai revu ma petite famille la semaine dernière chez le capitaine Haddock et Olive Oil, qui se trouvent être aussi mes parents, dans la demeure HLM familiale de luxe avec deux carrés de jardin. Carrés de jardin où s'ébat mon splendide chat dont vous n'avez pas fini d'entendre parler sur ce blog, j'ai nommé l'incroyable Chaussette !


Un jour radieux de pluie chuintante, ma nièce faisait un safari-Chaussette (une loi universelle fait que tous les petits enfants veulent caresser le chat qui, lui, n'est pas franchement d'accord). C'est au moment où elle réussit à l'acculer dans un coin (j'en entends qui ricanent, bande de nains pervers !) qu'elle lança avec le plus grand sérieux cette tirade qui hantera mes vieux jours :

_Tu sais, Tatie Screamy, "Saussette", il a plus d'"oeuf" dans la quéquette !

Jésus, Marie, Joseph, elle savait que l'on avait privé Chaussette de ses deux bou-boules velues qui naguère balançaient fièrement sous son trou de balle ! Emue par tant de connaissances sur l'anatomie féline mais peu désireuse de laisser croupir la chère petite dans cette lamentable erreur lexicale qui aurait fait d'elle la risée de ses camarades sûrement plus déssalés, je m'empressai de lui expliquer :

_Ma nièce préférée et unique, sache que l'on ne parle pas d'oeuf pour ce qu'il y a sous la quéquette des messieurs chats, chiens, canaris et kangourous mais de "testicules" !

_Des quoi ? s'étonna la petite fille qui, à l'évidence et c'est tant mieux, rencontrait ce mot pour la première fois.
_Des testicules ! C'était sous la quéquette de Chaussette, et Tatie les a fait enlever par le vétérinaire pour empêcher Chaussette de faire des pipis qui puent !
_Aaaaaaah... Et tous les monsieurs y zont ça ?
_Ouiiiiiiiii...
_Et Papa aussi il a des testicules ?
_Oui, papa aussi, tous les hommes, les animaux mâles et les petits garçons ont des testicules.
_Et toi, Tatie Screamy ? Toi aussi, t'as des testicules (incroyable comment elle a vite retenu le mot ! )
_Non, moi, je suis comme toi et Maman (même si j'ai beaucoup moins de cheveux), je suis une fille, donc, j'ai un sac à bébé dans le ventre (pour les ovaires, les trompes de falope et le reste, on verra l'an prochain).
_Ze vais dire à maman que papa a des testicules et pas des oeufs, alors !
_Oh, tu sais, ma petite madeleine en sucre, je crois qu'elle le sait déjà !

Sexe : Comme mon bonhomme a toujours ses testicules, il est virtuellement encore possible de copuler gaiment.

Cookies : Ca fait longtemps que je ne me suis pas tapé un bon bol de soupe aux nouilles/coriandre/soja et grosses crevettes chez le petit chinois en bas de chez moi !

Rock'n'roll :
9.11.06 10:14


Guillermo del Toro est un salaud.

Non, son dernier film n'est pas une bouse, je ne le fustige pas parcequ'il m'a fait perdre des sioux, bien au contraire. Ce salopard de génial cinéaste from Mexico m'a fait pleurer à chaudes larmes. Salaud !

Or donc, le Labyrinthe de Pan est sorti sur nos beaux écrans français hier. J'ai tanné monsieur Monmec comme ce n'est pas permis car ce film, c'est juste ZE film que j'attendais depuis le début de l'année. Je n'ai d'ailleurs pas eu trop de mal à convaincre mon bedonnant et tendre conjoint à se joindre à moi, puisque monsieur avait moult apprécié l'autre tuerie del Señor Del Tori : l'Echine du Diaaaaaable !

(Film qui non seulement est beau et bon, et m'a aussi fait un peu larmoyer des larmes d'émotion émues, mais comporte en plus l'inéffable avantage de compter dans sa distribution ce très joli monsieur au rôle de magnifique salopard :

hummmmmmmm, Eduardooooooooooo !!!!!
Euh... je m'empresse de refermer la parenthèse avant de baver partout dans ma culotte et sur mon clavier, hop ! )

Où en étais-je donc ? Ah oui, la Laby à Pan. Je fulmine assez rageusement à l'idée que ce film bouleversant de beauté, de cruauté et de plein d'autres trucs en -té soit joué dans un nombre restreint de salles sur Paname. Ce sont les UGC des Champs, des Halles et de Bercy, si je dis pas de conneries. Or, je n'aime pas les UGC, ni les Champs Elysées toujours blindés d'un peuple fou. Touriste, mon ami, je te le dis, y a mieux à voir sur Paris que ces cons de Champs.
Mais je commets encore le vil acte de disgression. Désolée, hein ? parce que mon crapahutage dans les Champs pour aller voir mon Graal m'a un peu énervée. Jamais vu un boulevard grouiller autant, j'avais l'impression d'être un globule rouge tentant de remonter vers le coeur aux heures de pointe où l'humain appartenant au dit coeur fait son jogging.
Maaaaaaais cela en valait la peine.
Le film en lui-même reprend quelques points de l'Echine du Diable : même contexte historique (la guerre civile espagnole), même thématique (l'innocence de l'enfance confrontée au monde perverti des adultes). La Laby conte donc l'histoire bien triste d'une fillette rêveuse, Ofélia, obligée de suivre sa mère enceinte dans une vieille maison au coeur d'une forêt investie par les soldats Franquistes. Le beau-père d'Ofélia, Vidal, est le capitaine qui commande d'une main de fer toute cette armée. On découvre très vite que le Capitaine Vidal (Sergi Lopez, encore plus terrifiant que dans Harry, un ami qui vous veut du bien), est un assassin sans pitié, une brute épaisse qui poursuit les républicains comme du gibier tout en se détestant lui-même de ne pas être à la hauteur de son illustre père. Un personnage très sombre, donc, mais excellemment bien croqué, qui finit par nous émouvoir dans ce besoin maladif de faire perdurer son nom et son héritage. De ce fait, la naissance de son fils, le petit frère d'Ofélia, est attendue fiévreusement.

Face à ce monstre à faciès humain, la frêle Ofélia trouve refuge dans les contes de fée et rencontre alors un Faune au fond des bois. L'être fabuleux explique à la fillette qu'elle est la princesse réincarnée d'un monde imaginaire. Trois épreuves l'attendent si elle veut rejoindre son royaume.

Commence alors pour Ofélia une quête magique et effrayante, mais moins effrayante que la haine et la cruauté règnant dans le monde réel.

Autant vous le dire, Le Labyrinthe est un film permettant de multiples interprétations. Le fantastique, bien qu'omniprésent ne supplante pas l'aspect historique, Del Toro prend le temps de développer l'histoire des résistants républicains dont deux de leurs membres sont infiltrés chez Vidal, risquant à chaque moment d'être découverts, torturés et tués. On se demande à chaque instant si Ofélia ne fantasme pas ses rencontres magiques tant le contexte du monde réel est cauchemardesque. Une fin, que je ne révèlerai pas, il va de soi, nous fait espérer que la magie ne faisait pas purement et simplement partie de l'imagination d'Ofélia.
Dès que les lumières se sont rallumées :
-Ca t'a plu ?
-... ui...
-Qu'est-ce qu'il y a ?
-.... ien...
-Rhooooooo, mais tu pleures ?
-.... snirfl !
Je vous l'ai dit, un salaud, ce del Toro !

Sexe : Je suis une perverse sexuelle, j'ai baisé en maillot de foot.

Cookies : Îles flottantes faites maison, oui monchieur !!!

Rock'n'roll :
2.11.06 12:30


Go fuck yourself !


Sexe : j'ai une poussée d'acnée plein la gueule et quand j'ai une poussée d'acnée, je me sens pas désirable. Et quand je je ne me sens pas désirable, j'ai moyen envie de baiser...

Cookies : Pffffffff, bof !

Rock'n'roll :
29.10.06 21:39


LePunk n'est pas mort.

En réponse au relai illustré keupon de l'ignoble fille verte (voir lien ci-contre), l'inénarrable Waha :

Je passe le relai à tonton Jabbilbo et Drawer, s'ils n'ont rien fait à ce sujet.

Sexe : j'ai une nardin d'étron de crève sa race, j'ai la voix de Marianne Faithfull et monsieur monmec, ça l'excite moyen, ça lui fait plus penser à la commentatrice de foot italienne qui grince des cordes vocales sur Canal+. Je lui ai toussé à la gueule pour lui faire les pieds et des glaviots plein le nez.

Cookies : Une banane Kamikaze a explosé dans mon sac, provoquant la mort par engluage de mes deux jeux de clés et blessant grièvement mon portable.
Les bananes, c'est rien que des salopes.

Rock'n'roll : Un groupe de Limoges absolument pas super connu avec une voix féminine déchirante, des textes sur la mort, la vie, la pas vie et une mélodie qui fait penser un peu à du Dead Can Dance.
22.10.06 11:02


Rancunière? Moi ?


Monmec sait ce qui l'attend si jamais il me chie une rupture pourrie. Hin hin hin !

Sexe : On a juste eu le temps aujourd'hui avant débarquement de messieurs les anglais et deux parties de Katamari. Comme d'hab' les deux belligérants en sont sortis comblés.

Cookies :
Le chocolat est mon ami, burp !

Rock'n'roll :
Un groupe canadien qui démastique dedans tes oreilles.
15.10.06 21:34


 [page précédente]



L'auteur du blog est responsable de tous ses contenus. Ouvrez votre blog sur 20six.fr ou myblog.de